philosophie

Un vin de vigneron

« Mes vins ont un nez très fruité, une attaque puissante mais aussi de la souplesse ». Douceur, fruits et … caractère. Les vins du Vrai Caillou portent en eux les racines antillaises de Philippe de Meillac. De Martinique, où il a grandi « pieds-nus, au milieu des manguiers et des goyaviers », il a gardé une « grande liberté d’esprit », et le goût des fruits de là-bas. Dans ses vins, il sent remonter des notes de corossol , de banane ou de maracuja que les nez d’ici rapprochent volontiers à des fruits comme la pêche ou la poire. De Martinique aussi, il a gardé le goût de la terre et de l’agriculture. Depuis qu’il a découvert les vendanges, lors d’un séjour en France dans les années 90, le virus du vin ne l’a plus quitté : « J’ai toujours été un agriculteur. J’aime voir pousser, récolter. Mais le vin offre en plus la possibilité de transformer un produit cultivé et d’en faire un autre produit.» 

L'amour de la terre

Rester maître du processus de fabrication, de la vigne à la bouteille, et y insuffler sa touche, c’est ce qui compte le plus aux yeux de Philippe de Meillac. Il travaille d’ailleurs en étroite communion avec toute son équipe pour lui faire comprendre l’esprit qu’il souhaite donner à partager à ses clients. Agriculteur et vigneron passionné, Philippe de Meillac ne quitte que très rarement le domaine du Vrai Caillou où il partage son temps entre les vignes et le chai, où il goûte quotidiennement ses cuves qu’il connaît par cœur et dont il veille à la bonne évolution, jusqu’à la dégustation finale : « C’est le dernier retour de cuvée, mais qui peut s’avérer être un coup de bâton… Mais pour moi, le seul juge, c’est le client. »